La journée de tracker, et même si cela n’était que ma première, n’est pas toujours axée sur le tracking, même si les questions à poser à la délégation française (et tchèque) sont nombreuses.

Cette journée de lundi fut particulièrement pleine et chargée, premier meeting à 9h00 au Maritime Hotel, le centre de conférence avec tous les autres trackers, Charlie (Oxfam International) et un représentant de Pew (un autre membre de la GCCA). Après cela, quelques mails à envoyer… environ 800 en une journée, record battu et boîte mails bloquée, puis début de l’action principale de la journée. Pour connaître l’action du jour, regardez le blog précédent (ici). Puis quelques minutes pour déjeuner et voilà qu’une longue après-midi pouvait commencer :

– CAN meeting (Climate Action Network),
– puis rencontre entre les ONG et Yvo de Boer (le secrétaire général de la Convention)
– puis rencontre d’évaluation de la première semaine d’action avec les Negotiator Trackers,
– puis après cela rencontre francophone avec Sena un ami de la Francophonie avec qui je partage beaucoup de choses, et notamment un projet en création
– et enfin, un grand side-event (sorte de conférence où une ONG, une entreprise, ou une partie à la convention présente un projet ou une position ou autres…) autour du protocole de Copenhague tel que dessiné par les ONG les plus importantes : WWF, Greenpeace, et Germanwatch.

Les pistes de travail et de réflexion proposées lors de ce meeting sont vraiment intéressantes, je profiterai d’un prochain blog pour partager avec vous quelques idées avancées par ces différentes ONG.

Après cela, la journée de travail s’arrête, et commencent les réjouissances, parce que le Tracker mange et parle. Et enfin retour à l’hôtel après quelques arrêts de bus pour faire un petit point sur la journée passée. Malheureusement, les questions posées hier par rapport aux résultats des élections européennes n’ont pas encore trouvé réponse. Mais, nous tacherons dès demain d’en parler avec nos chers négociateurs français pour faire le point avec eux sur ces résultats somme toute assez exceptionnels pour un pays tel que la France. Cependant, d’après quelques échanges très informels, il semblerait que les négociateurs ne tiendraientt pas compte des résultats dans le travail au cours de la conférence de Bonn (donc à suivre…).

Advertisements