Au chat et à la sourisLes négociations sur le climat, et les conférences qui les entourent sont en quelque sorte un grand jeu du chat et de la souris. Bien que cela ne soit que des chats qui jouent ensemble et que l’on ait depuis longtemps perdu la souris. Tout le monde court après tout le Monde, les USA après la Chine, la Chine après l’UE, le G77 après le groupe Umbrella, et l’UE court après tout le monde pour ramener tout le monde dans le bon sens. Globalement, on court. Ajouter à cela, les ONG, les BINGO (business and industrial NGO) et quelques trackers et vous aurez une image à peu près correcte de ce à quoi ressemblent des UNFCCC talks.
Aujourd’hui, comme toutes les autres personnes présentes à la conférence, j’ai couru après une information, après une position. Cette position, déjà recherchée dans un blog précédent réside dans le fait de savoir quelle va être la nouvelle position de l’Union Européenne après cette importante vague verte qu’a connue l’UE, si nouvelle position il y a.

Par rapport à ces résultats, on peut avoir deux réactions, l’une française face au fait que les écologistes deviennent presque la deuxième force politique du pays, et la position européenne qui voit d’une part grossir le régiment écologiste, mais surtout voir le fait que tous les partis européens de droite comme de gauche ont rempli leur programme de mesures de « développement propre », de « croissance verte » ou encore « d’emplois verts ».

Un peu par hasard, j’ai eu la chance de croiser aujourd’hui Paul Watkinson, à la sortie du centre de conférence, après une rapide présentation personnelle (il avait déjà rencontré Benka la semaine précédente – qui a fait un très bon CR de la rencontre), nous avons pu aborder le sujet qui m’intéressait. Sa première réaction à ma question fut de dire : c’est le Home’s effect ; si Yann Arthus Bertrand savait qu’il avait eu autant d’impact, je pense qu’il en serait ravi et enchanté. Bien entendu, il plaisantait, mais finalement, ce n’est pas le premier à m’en parler. Un membre des verts français et du MODEM m’ont exactement tenu les mêmes propos. Aura-t-on bientôt un sondage d’opinion, commenté par des politologues pour venir illustrer ce possible effet Home ? 🙂 !

Plus sérieusement, P. Watkinson a relevé un premier point et sur lequel nous sommes bien entendus d’accord, c’est celui de la participation, qui au-delà des résultats en tant que tels vient un peu affaiblir leur valeur démocratique, malheureusement. Une fois ce fait écarté, il m’a clairement affirmé qu’il existait à présent en Europe une vraie prise de conscience tant de la part des citoyens, que des institutions sur ce nouvel état écologique. Après, ce dernier a également reconnu qu’il s’agissait d’une réelle percée des positions écologistes en France, et cela pour la première fois. Là où Monsieur Watkinson a parfaitement raison c’est par rapport au traité de Lisbonne et au rôle du Parlement qui sera plus important (processus total de co-décision entre la commission et le parlement), un Parlement plus « vert » aura alors une conséquence directe sur les décisions prises par l’Union Européenne et la Commission Européenne. Enfin, il est clair qu’il ne faut pas sembler espérer un quelconque « effet élection » dans l’immédiat, ce processus sera long à se mettre en place et il faudra peut-être attendre les prochains mois et le mois de septembre pour apercevoir des premiers effets concrets de la situation.

Quelques minutes plus tard, au détour d’un couloir, j’ai croisé un délégué de la Commission Européenne, il s’est avéré, après avoir regardé sa carte de visite de plus près qu’il s’agissait d’un « ponte » de la Commission, un expert, responsable du mitigation group (mitigation : réduction des émissions). Ce n’était bien entendu pas un politique, sa réaction fut cependant très intéressante. Comme d’habitude avec un fonctionnaire européen, il a une double réaction, la première au début de notre conversation fut de dire « you should look at the EC website, it’s the official position » puis après un peu d’insistance, il a enfin accepté de me livrer sa position personnelle. Il espère ainsi vraiment que cette nouvelle donne politique, ce pouvoir renforcé des écologistes au sein du Parlement et surtout dans des pays clés de l’UE va pouvoir renforcer son action et l’action de l’UE dans les négociations sur le climat, il semblait un peu fatigué de ce manque d’avancées concrètes et qu’une organisation comme l’UE pourtant en avance sur les autres pays ne prenne pas le leadership dans les négociations internationales.

Il semblerait, et là, peut-être que je m’avance un peu trop et trop vite, qu’officiellement la position soit : “on ne change rien et on continue comme avant” et de l’autre, les personnes qui parfois acceptent d’exprimer leur avis attendent que les négociations avancent et que des résultats concrets soient observés. Chères « personnes », n’oubliez pas que les ONG seront toujours là pour vous soutenir !

En addition : l’avis de ma voisine au laptop center, membre de la délégation officielle allemande. De la même manière, la délégation allemande ne semble pas avoir de position officielle ou ne semble pas avoir de position tout court, cependant, encore une fois, après avoir fait mine d’exprimer un « no comment », ma voisine m’a dit que cette nouvelle situation était vraiment « exciting » et qu’elle souhaitait d’une part qu’elle soit utilisée par les autres États parties à la convention mais également qu’elle serve de nouvelle impulsion à la politique européenne sur le climat.

Advertisements