EYCM Meeting, Berlin, 2/08/2009Jusqu’à dimanche soir 2 août, se tient à Berlin la réunion du “European Youth Climate Movement“. Ce mouvement né au mois de mars 2009, à Bruxelles a pour vocation à rassembler l’ensemble des mouvements européens de jeunes travaillant sur la question des changements climatiques et préparant la conférence de Copenhague qui se tiendra au mois de décembre.

Ce mouvement est né d’un constat à la suite de CoP14 de Poznan selon lequel il était inutile en tant que jeune européen de défendre une position nationale dans les négociations dans la mesure où nos États, membres de l’Union Européenne ont une position commune définie lors des conseils des ministres de l’environnement, mais également lors des conseils des ministres des finances (pour la partie financement de l’adaptation aux changements climatiques concernant les pays du Sud) et arbitrée par le Conseil Européen (la réunion des chefs d’États de l’Union Européenne).
Ainsi, forts de ce constats, nous étions tous revenus dans nos pays respectifs avec la ferme intention d’aller à Copenhague avec un message clair et commun : celui de la jeunesse européenne intéressée par les questions de climat.

Après des hésitations logiques de début de mouvement, l’organisation commence à atteindre sa vitesse de croisière avec un ordre du jour clair et défini nous permettant d’une part de préparer l’avant mais aussi l’après Copenhague. Car aussi bizarre que cela puisse paraître, et même si nous préparons avec attention Copenhague (et les intersessions précédant la conférence : Bonn III, Bangkok, Barcelone) et ses 15 jours de conférence et de négociations, notre réflexion se porte également sur la suite. Comment assurer la mise en oeuvre effective de l’accord signé ? Comment être sûr que l’argent promis pour l’adaptation sera bien versé et sera dûment et utilisé de manière transparente ? Et enfin, comment transformer la volonté de changement d’une partie de la jeunesse européenne en actions concrètes après Copenhague, comment passer de la revendication à l’action ? Finalement, la plus importante partie de notre travail se trouve à ce niveau, en tant que jeunes, nous sommes les “contrôleurs” citoyens des engagements pris. D’une part car ils concernent directement notre avenir, mais également car nous souhaitant en être les acteurs en tant que citoyens, professionnels et activistes.

L’Histoire de ce mouvement ne fait que commencer, plus d’informations seront disponibles dans les prochains jours pour celles et ceux cherchant à s’engager plus intensément dans l’action européenne.

Advertisements