In english below

Monsieur l’Ambassadeur,

Au cas où vous ne vous rappelleriez pas de moi et du programme pour lequel je travaille, je suis Florent Baarsch, le « tracker » pour la France. Nous sommes rencontrés une première fois à Poznan, l’année dernière, puis cette année à Bonn au mois de juin.

Seul un membre de notre équipe était présent lors des dernières discussions de Bonn III. Cependant, nous serons présents à Bangkok, puis probablement à Barcelone et certainement à Copenhague. Nous pourrons ainsi continuer de vous « suivre » et à vous encourager à prendre des positions ambitieuses, équitables et courageuses pour le climat.

Je vous envoie ce courriel pour vous faire part d’un certain nombre de questions auxquelles j’espère vous ou vos collaborateurs pourrez répondre. Ces questions concernent notamment le mémorandum français, mais aussi le remaniement ministériel, ainsi que les récentes discussions de Bonn qui viennent juste de s’achever. Je me permets en effet de vous présenter ces interrogations car nos articles sont chaque jour de plus en plus lus, et de plus en plus de lecteurs sont curieux de vos positions qui portent parfois à interrogation.

Remaniement ministériel :

Suite au remaniement ministériel ayant suivi les élections européennes, Monsieur le Ministre d’État Jean-Louis Borloo est devenu officiellement en charge des négociations sur le climat. Cela signifie-t-il qu’il ne s’agit donc plus d’une compétence partagée entre le ministère des affaires étrangères et le MEEDDM (ex-MEEDDAT) ou bien alors rien n’a changé ? J’aimerais personnellement y voir un signe politique fort en préparation de Copenhague, montrant l’importance que revêt ce dossier pour la France, mais peut-être que je me trompe. Pourriez-vous m’en dire plus à ce sujet ?

Mémorandum :

Dans le mémorandum en date du 3 juin 2009, au paragraphe 7, il apparaît l’expression « sur une base autonome ». Cela se réfère directement à la mise en place d’un système permettant l’adaptation aux changements climatiques dans les pays en développement. Que cette autonomie signifie-t-elle donc ? Est-ce une remise en cause de l’aide technologique reconnue dans la convention ou bien de l’aide financière encore en discussion à l’heure actuelle ? Encore une fois, merci pour cet éclaircissement.

Déclaration d’Yvo de Boer lors de Bonn III :

Mardi dernier, Monsieur Yvo de Boer a déclaré que les pays de l’Annexe I étaient en train de se retrouver autour d’un objectif commun de réduction compris entre 15 et 21% pour 2020 (sur la base de l’année 1990). Au-delà du fait que ce soit trop peu au regard des informations offertes par le GIEC, il est inquiétant de constater que la France et également l’Union Européenne ont cessé de faire entendre leurs voix. En effet, l’Union Européenne au paragraphe 5 de la décision du Conseil des Ministres de l’environnement du 2 mars 2009 affirme la nécessité d’une réduction de 30% des émissions dans le cadre d’un accord international ; l’engagement est repris au paragraphe 17 du mémorandum français. Encore une fois, pourriez-vous apporter plus d’informations sur ce point ?

2°C :

Au second point du mémorandum est présenté un objectif ambitieux et nécessaire. Cet objectif de limiter le réchauffement climatique sous une barre de 2°C par rapport à la période pré-industrielle apparaît plus qu’urgent au regard des observations du GIEC. Cependant, toujours en référence à ces mêmes observations du GIEC, pour éviter que le réchauffement global ne soit supérieur à 2°C, il est conseillé de réduire les émissions anthropiques entre 25 et 40% par rapport à 1990 en 2020, et entre 50 et 85% en 2050. La question qui se pose donc est de savoir comment nous pourrons atteindre un tel objectif eu égard aux objectifs d’une part présentés dans le mémorandum mais également aux objectifs à l’heure actuelle en balance dans les négociations. Que pouvez-vous me dire sur ce point, et comment la France compte-t-elle inciter les autres pays de l’Annexe I à devenir plus ambitieux ?

Pour conclure ce message, je voudrais vous faire part d’un souhait que beaucoup de jeunes, d’ONG, et de citoyens partagent. Afin de donner à la conférence de Copenhague l’importance qu’elle  revêt dans l’Histoire de l’Humanité, nous sommes de plus en plus nombreux à attendre la venue des différents chefs d’États et de gouvernements du Monde entier au mois de décembre au Danemark. Au mois de décembre 2008, le président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy avait permis à ce qu’un accord soit dégagé dans le cadre du paquet climat énergie. Pourrons-nous encore une fois compter sur la présence présidentielle ?

Veuillez Monsieur l’Ambassadeur en charge des négociations sur le climat recevoir l’expression de mes plus solidaires et durables salutations.

Florent Baarsch,

French Tracker

———————–

Sir,

If you do not remember me and the program for which I work, I am Florent Baarsch, the “tracker” for France. We met once in Poznan last year and this year in Bonn in June

One member of our team was present during recent discussions in Bonn III. Our whole team will be present in Bangkok, then probably in Barcelona and certainly in Copenhagen. We’re eager to continue to “track” your progress and to encourage you to take ambitious, fair and courageous positions in the talks to address climate change.

I send this email to express a number of questions that I hope you or your collaborators can answer. These issues include the French memorandum, but also the reshuffle and the recent talks in Bonn which just completed.  The size of Adopt a Negotiator’s audience is growing quickly and more and more readers are curious about your positions and the thinking behind those positions.

Government reshuffle:

Following the administration reshuffle after the European elections, Minister of State Jean-Louis Borloo became officially responsible for the climate negotiations. Does this mean that there is no longer a shared competence between the Ministry of Foreign Affairs and Environment Ministry, or perhaps has nothing changed? I personally see a strong political signal in preparation of Copenhagen, showing the importance of this issue for France, but maybe I’m wrong. Could you tell me more about that?

Memorandum:

In the memorandum dated June 3, 2009, paragraph 7, it appears the expression “on a autonomous basis.” This refers directly to the establishment of a system for adaptation to climate change in developing countries. How are you defining autonomy? Is the challenge using technology recognized in the Convention or financial aid still under discussion at present? Again, thank you for that clarification.

Declaration of Yvo de Boer at Bonn III:

Last Tuesday, Mr. Yvo de Boer said that the countries in Annex I were coming together around the common goal of reductions between 15 and 21% for 2020 (based on year 1990). Beyond the fact that this doesn’t get us to where IPCC tells us we need to go, it is worrying to note that France and the European Union also have stopped making their voices heard. Indeed, the European Union in paragraph 5 of the decision of Council of Ministers of the Environment March 2, 2009 affirmed the need for a 30% reduction of emissions under an international agreement, the commitment is listed in paragraph 17 of the French memorandum. Can you provide more information about this?

2 ° C:

In the second paragraph of the memorandum presents an ambitious and necessary objective – the objective of limiting global warming below 2 ° C above the pre-industrial levels.  This appears especially urgent in light of the findings of the IPCC.  According to the findings of the IPCC, to prevent global warming is greater than 2 ° C, we must reduce anthropogenic emissions between 25 and 40% compared to 1990 in 2020, and between 50 and 85% in 2050. The question then is how we can achieve the objectives presented in the memorandum but also aims to present a balance in negotiations.  Can you tell me how is France going to encourage other countries in Annex I to become more ambitious?

To conclude this message I would like to share a hope that many young people, NGOs, and citizens have. With the Copenhagen conference’s profound role in the setting the course for humanity going forward, we hope some of the most important heads of states and governments worldwide will attend COP15. In December 2008 the President of the Republic, Mr. Nicolas Sarkozy helped an agreement is reached within the climate energy package. Can we again count on the Presidents presence again this year?

Please Ambassador in charge of negotiations on climate, accept this expression of my solidarity and sustainable greetings.

Florent Baarsch,
French Tracker
Advertisements